Le Loch Ness est-il vraiment un parc jurassique ?

L’écosse traverse 60 millions d’années : la dérive des continents modifie le climat qui à son tour influence l’évolution. Ainsi les amphibiens qui peuplent les marécages carbonifères se changent en reptiles quand le climat s’assèche. Puis les mammifères succèdent aux dinosaures disparus alors que la terre refroidit.

Le début du mythe Loch Ness

En 1933, les traditions locales à propos d’étranges poissons font soudain la une dans le monde entier suite à un témoignage douteux parlant d’un plésiosaure qui aurait traversé la route amenant au Loch Ness.

Des milliers de témoignages sont enregistrés mais des expériences révèlent que la perception est altérée par l’eau.

Pourtant un certain nombre de photographies sont prises.

Les années 60

Pendant les années 60, les tentatives de reproduction de ces photographies ne donnent aucun résultat. Elles s’avèrent trop différentes les une des autres pour représenter un animal réel. Nombre d’entre elles sont en réalité des canulars.

En outre, l’eau crée facilement l’illusion et les témoignages évoquant un long cou seraient causés par des mirages.

Les années 70 : Les débuts des recherches du Loch Ness

Dans les années 70, les recherches se poursuivent sous l’eau à l’aide de caméras spéciales et de sous-marins !

Des photographies sont prises et font l’objet d’un grand intérêt mais s’avèrent représenter de simples débris.

Une nouvelle philosophie envisage d’examiner les créatures du Loch du point de vue de la chaîne alimentaire le long des rives, sur la plaine abyssale à 200 mètres de profondeur et dans les eaux sombres du large. Seuls les poissons constituent une source possible de nourriture pour d’hypothétiques monstres… or il y en a très peu !

Les années 80 : des contacts mystérieux…

Dans les années 80 démarrent d’intenses recherches par ultrasons afin de recenser la population de poissons et d’en mesurer la taille à partir de l’écho émis par leurs poches de gaz.

Les signaux sonar captent la migration nocturne des jeunes ombres vers la surface. Alors que la masse d’eau plus chaude reste en surface, d’énormes vagues sous-marines se forment et glissent sur toute la longueur du Loch. Elles réfractent les signaux sonars et sont parfois aussi à l’origine de mirages sous-marins.

Des contacts mystérieux sont enregistrés à des profondeurs plus grandes encore, et en 1987 l’opération Deepscan déploient un rideau d’ultrasons au fond du Loch. Trois contacts avec de gros objets restent inexpliqués.

Les années 90 : La chute du mythe

L’analyse des données commencent dans les années 90.

  • Le milieu est trop froid pour les reptiles
  • Les amphibiens ont toujours été des créatures d’eau douce et n’auraient donc pas pu arriver de la mer après l’ère glacière.
  • Les mammifères sont visibles car ils doivent faire surface
  • La pyramide alimentaire indique qu’il n’y aurait pas suffisamment de nourriture pour de grands prédateurs.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *